NÉODEMOS

SOS : Soignants en détresses

 

 

Il était une fois, une enfant qui souhaitait aider les autres. Cet enfant devint une jeune femme qui trouva sa vocation en devenant infirmière diplômé d’État.

 

Durant ses études, elle comprend que ce métier est magnifique mais extrêmement compliqué. Son diplôme en poche, elle s'engage, comme elle l'a toujours souhaité, au sein du service public dans un CHU. Cette infirmière, trouve un poste rapidement, et s'applique dans son métier. Les infirmiers et les aides soignants sont là pour soigner les patients, leurs expliquer ce qu'il se passe, les accompagner ainsi que leur famille mais aussi les accompagner vers une fin digne et sans souffrance.

            Dans son service (soins intensifs de cardiologie : service d'urgence cardiaque. Prise en charge des patients ayant fait des infarctus, des embolies pulmonaires, troubles du rythme cardiaque, décompensation cardiaque … Les patients ne sont pas assez stable pour aller en service conventionnel), cette femme se retrouve confronté à la mort mais aussi aux réanimations. Ces réa qui réussissent ou qui échouent. Ces familles qu'il faut prévenir, être présent tout en se disant qu'on a besoin de la chambre. Ce sentir oppressé par le temps qui passe, regardé les heures qu'il nous reste et tous les soins à faire. Enchaîner : prise de constantes, prise de sang, traitement. Essayer de voir comment va le patient, de répondre rapidement  a ses questions. Aller voir le patient suivant. Faire les pansements, changer les cathéters, les perfusions. Tenter d’être présent, rassurant. Ce dire qu'on est dans les temps. Puis avoir son programme tout chambouler car des « entrées » arrivent. Ne pas avoir le temps de manger, d'aller aux toilettes. Faire des heures supplémentaires, palier aux manques d'effectif, de collègues arrêtés mais peu remplacé.

 

 

            Puis un soir, la goutte d'eau, la fatigue accumulée, le craquage.

Cette infirmière de 24 ans a été rattrapé par son corps. Un an et demi de travail et déjà l’épuisement professionnel. Le médecin traitant l’arrête contre son avis. Cet arrêt durera 4 mois. Des mois pour se reconstruire, de remise en question, de doutes.

 

            Il est temps que les conditions de travail des soignants change. Il est temps que leur engagement, les responsabilités qui reposent sur eux soient reconnues.  Comment prendre soin des autres quand nous-même soignants n'allons pas bien? Nous nous préoccupons de nos patients et de leur bien-être mais qui se préoccupe du notre?

 

           Il est temps que la population les soutiennent. Il est temps que les dirigeants écoutent notre appel au secours. Sauvons le service public. Sauvez les infirmiers, les aides soignants, les ASH, les internes.

Soutenez nous. Vous avez besoin de nous, nous avons besoin de vous.

 

 

L.C

 

 

 

 

 

 

Partager sur facebook
Please reload

Please reload

Les articles en lien

Please reload

Les dernières publications