NÉODEMOS

Ground Story / La beauté dans le chaos

Derrière chaque lieu abandonné, il y a une histoire à saisir.

Si l’envie vous prend, posez vos yeux sur le sol jonché de souvenirs et laissez-vous porter au fil de ces histoires.

Bonne visite !

Me retrouver sur Instagram : @julien.drogoul

Ce sont ces deux premières photos qui m’ont donné l’idée de créer ce projet photo.

Colonie de vacance abandonnée. Monts du forez, 11/2017.

Colonie de vacance abandonnée. Monts du forez, 11/2017.

Usine désaffectée. Saint Etienne, 05/2018

Ecole, hôpital et maison abandonnés. Zone d’exclusion de Tchernobyl (Ukraine), 06/2018

Ecole, hôpital et maison abandonnés. Zone d’exclusion de Tchernobyl (Ukraine), 06/2018

Ecole, hôpital et maison abandonnés. Zone d’exclusion de Tchernobyl (Ukraine), 06/2018

Ecole, hôpital et maison abandonnés. Zone d’exclusion de Tchernobyl (Ukraine), 06/2018

Ecole, hôpital et maison abandonnés. Zone d’exclusion de Tchernobyl (Ukraine), 06/2018

Ecole, hôpital et maison abandonnés. Zone d’exclusion de Tchernobyl (Ukraine), 06/2018

Un an après le passage de l’ouragan Irma, j’ai vécu 6 mois sur l’ile de St Martin. Si l’ile s’est relevée de ce désastre, elle en conserve encore les séquelles et il n’était pas rare de trouver des bâtiments abandonnés dont la rénovation n’avait pas encore débuté. Pour cette école, ce fût le cas 2 mois après mon passage.

Ecole abandonnée. Saint martin (partie française), 11/2018

Ecole abandonnée. Saint martin (partie française), 11/2018

Ecole abandonnée. Saint martin (partie française), 11/2018

Ecole abandonnée. Saint martin (partie française), 11/2018

Habitations et complexe hôteliers abandonnés. Saint martin (partie française), 12/2018

Habitations et complexe hôteliers abandonnés. Saint martin (partie française), 12/2018

Habitations et complexe hôteliers abandonnés. Saint martin (partie française), 12/2018

Habitations et complexe hôteliers abandonnés. Saint martin (partie française), 12/2018

Habitations et complexe hôteliers abandonnés. Saint martin (partie française), 12/2018

De tous les lieux visités à St Martin, ce complexe fait figure d’exception. Bien connu des habitants, il n’est pas une victime d’Irma mais fut dévasté bien plus tôt, en 95 lors du passage de l’ouragan Louis.

Complexe hôtelier [La belle créole], 10/2018

Lors de mon voyage un habitant me raconta que l’effondrement de l’URSS avait entrainé des mouvements de populations conséquents. De nombreuses villes se sont vues soudainement dépeuplées et il est fréquent d’y trouver des lieux abandonnés (Hôpitaux, usines, lieux de vie) qui n’ont jamais été détruits, fautes de moyens financiers.

Lieux divers. Russie, été 2019

Lieux divers. Russie, été 2019

Lieux divers. Russie, été 2019

Les dernières photos de cette série ont été prises dans un bâtiment abandonné de la Loire, près de Roanne. Si le premier étage était un lieu de vie, le sous-sol servait quant à lui d’entrepôt.

Pour finir, je n’aurais peut-être pas conservé la dernière photo si le titre de la pochette de disque ne faisait pas écho au principe même de ce projet photo qui consiste finalement à construire quelque chose sans toucher à rien.

Lieu de vie. Loire, 12/2019

Lieu de vie. Loire, 12/2019

Lieu de vie. Loire, 12/2019

Lieu de vie. Loire, 12/2019

A travers la photo URBEX, Le projet GROUND STORY est une manière de raconter des histoires grâce aux souvenirs figés aux sols de nombreux lieux visités (Usines, écoles, habitations, hôtel etc…)

Pour construire cette série je me suis fixé différentes règles que j’essaye de respecter au maximum pour obtenir une certaine cohérence.

  • Mêmes conditions de prises de vue (Pas de flash, focale fixe 35 mm apsc ou équivalent, photo prise à un mètre du sol)

  • Photos sans « profondeur » : toutes les photos font abstraction du reste du lieu, se voient privées de perspectives et se rapproche d’une structure en 2 dimensions.

  • Pas de modification de l’environnement : je fais en sorte de capturer des scènes déjà existantes, je ne « créé » donc aucune scène (je n’interviens que très rarement, en déplacement une feuille qui cacherait le sujet de la photo par exemple) et préfère prendre le temps de visiter plusieurs lieux jusqu’à trouver des compositions que je juge intéressantes, belles, mais plus rares.

Julien Drogoul

Instagram : @julien.drogoul

Les dernières publications

Le projet Néodemos, qu'est-ce-que c'est ?