NÉODEMOS

« Qui sommes nous ? »

Par Clara Bey



En ces temps hors du temps, ces temps isolés, nous vous proposons de partir à la découverte d’un soi avec Clara Bey. Au travers d’une série de clichés, se pose la question du « Qui sommes nous ? » par le prisme de la distance.


« La distance caractérise la longueur qui sépare une chose d’une autre, cet espace-temps entre deux choses de quelque nature qu’elles soient. Elle peut être physique, psychique, temporelle. L’image photographique, elle, permet de ramener en deux dimensions une réalité multidimensionnelle.

Je me demande donc en quoi l’outil photographique peut me servir de médium permettant d’explorer cette notion de distance. Comment cet appareil permet d’approcher une situation ou quelqu’un ? En quoi ce que l’on photographie et comment dit quelque chose de ma relation à cet objet ?


Ma démarche est la suivante : Je cherche à rendre compte photographiquement d’une distance interpersonnelles mais aussi de la distance à une situation initiale. Je souhaite créer une tension, un sentiment d’hésitation, d’aller-retour entre proximité et éloignement. Je me sers d’un récit amoureux comme base d’exploration. Je souhaite aussi utiliser l’image comme médium, comme étant une base de mon objet final.


Pour se faire, je photographie des environnements urbains nocturnes, comme une errance solitaire et introspective dans la nuit. J’y insuffle la notion de chemin à traverser, d’un voyage extérieur et intérieur, comme fil conducteur d’un déroulement de pensées. Je photographie aussi la personne concernée par ce récit, à différentes distances, en explorant différents angles de vues, dans un contexte intime et nocturne.

Au travers des images, le corps est frontal, morcelé ou encore dos à nous comme faisant état d’un jeu de distance et lui et moi. Je couple ensuite ces images à des messages échangés à la même période que les prises de vue pour rajouter à cette proximité au sujet et renforcer l’effet narratif. On comprend que cette situation est réelle et le spectateur peut se sentir encore plus proche de celle-ci. Aussi, je froisse le papier pour faire écho à une sorte de journal intime dont on a souhaité se débarrasser, rajoutant ainsi une dimension temporelle : Cette situation est-elle actuelle ou passée?


Je prends comme référence l’œuvre de Sophie Calle, notamment Douleurs Exquises, un livre d’art faisant le récit d’une rupture amoureuse. Tant dans le fond que dans la forme, cette œuvre m’a inspiré cette idée de journal intime très personnel et dénué de filtre ».




















Les dernières publications

Le projet Néodemos, qu'est-ce-que c'est ?